Retour Accueil / Action de l'Etat / Environnement et prévention des risques / Prévention des risques / LE PLAN SEISMES ANTILLES

LE PLAN SEISMES ANTILLES

LE PLAN SEISMES ANTILLES

La région des Antilles est particulièrement concernée par les aléas géologiques naturels de nature volcanique, sismique et aussi par les risques de tsunamis.

L’arc des petites Antilles se situe à l’aplomb d’une zone de convergence des plaques tectoniques nord- et sud-américaines avec la plaque Caraïbe, les premières s’enfonçant sous la seconde par le phénomène de subduction. Ses mouvements engendrent des déformations et donc des séismes et du volcanisme dans la région.

De ce fait, les Antilles sont susceptibles d’être soumises à des séismes de très forte intensité et ont été classées en zone III, degré de sismicité maximale du zonage français.

En janvier 2007, le gouvernement a adopté un plan Séisme aux Antilles qui s’intègre au programme national de prévention du risque sismique. Sa première phase 2007-2013 concerne le renforcement du bâti, à travers la consolidation ou la reconstruction de bâtiments scolaires, de logements collectifs et d’infrastructures de gestion de crise.

LE PLAN SEISMES ANTILLES

En 2007, le Gouvernement avait défini une première phase du plan (2007-2013) avec la réduction de la vulnérabilité  du bâti public au risque sismique  de quatre ensembles de bâtiments :

  •  les bâtiments de gestion de crise et les infrastructures et réseaux,
  •  les établissements d’enseignement,
  •  les établissements de santé,
  •  les résidences de logements sociaux.

Cette première phase avait été estimée pour un montant s’élevant à près d’un milliard d’euros, avec environ 600 M€ pour les secteurs de la santé et 343 M€ plus précisément identifiés dont 252 M€ financés par l’État. Les travaux nécessaires sur la durée totale du plan sont évalués à un coût global de 5 milliards d’euros pour le seul secteur public .

Le plan séisme  Antilles intègre et intensifie les actions qui étaient en cours depuis plusieurs années et qui sont utiles à la réduction de la vulnérabilité  du bâti ou qui préparent à la gestion de crise, telles que l’amélioration de la connaissance de l’aléa sismique  local, la formation des professionnels de la construction, la sensibilisation des scolaires et de la population et les exercices de sécurité civile.

Concernant St Martin et St Barthélémy, la première action entreprise dans la cadre du PSA a été la réalisation de diagnostics de vulnérabilité entre 2007 et 2009 ; ce travail a consisté à évaluer le niveau de risques de l'ensemble des établissements scolaires ainsi que de plusieurs bâtiments publics, et que des mesures à mettre en œuvre pour y remédier (renforcement ou reconstruction).

Les bilans annuels du plan séismes Antilles:

liens utile: